Type d'actualité et date de publicationVie de l'École

Première École d'été de l'EHESS sur le Campus Condorcet : le bilan avec Rafael Mandressi

Lien(s) associé(s)En savoir plus
Chercheur(s) associé(s) Rafael Mandressi
Première École d'été de l'EHESS sur le Campus Condorcet : le bilan avec Rafael Mandressi

Dotée d’une forte dimension internationale, l’EHESS a lancé sa première École d’été au Campus Condorcet, du 4 au 8 juillet 2022, sur le thème « Circulation des savoirs : frontières, médiations, traduction », à destination des étudiants internationaux. Rafael Mandressi, directeur de recherche au CNRS et également membre du comité scientifique de cette école d'été, revient sur cette première édition. 

L’École d’été de l’EHESS au Campus Condorcet est l’un des premiers événements internationaux de ce nouveau campus européen de recherche en sciences humaines et sociales. Pour rappel, le thème de l'édition 2022 a permis de questionner la notion de « circulation » : décentralisation des espaces de savoir, trajectoires des individus, déplacements des objets et des textes, appropriations à distance des énoncés.

Cette initiative de l’EHESS est pilotée pédagogiquement et scientifiquement par un comité composé d’enseignants-chercheurs issus d’institutions membres du Campus Condorcet. Nous pouvions retrouver notamment : David Dumoulin (Université Sorbonne Nouvelle, IHEAL) Sophie Houdart (CNRS, LESC) Aleksandra Kobiljski (CNRS, CRJ) Camille Lefebvre (CNRS, IMAF) Alexis Lycas (EPHE, CRCAO) Antonella Romano (EHESS, CAK) et Rafael Mandressi (CNRS, CAK).

En effet, Rafael Mandressi a accompagné les étudiants internationaux tout au long de cette semaine de travaux. À travers cette interview, il partage son expérience de cette école d'été.

Quel bilan pouvez-vous faire de cet événement ? 

Rafael Mandressi (R.M.) : Le bilan est très positif : d’une part, parce que les objectifs que nous nous étions fixés ont été largement atteints, à savoir réunir, sur le Campus Condorcet, un groupe d’étudiantes et étudiants internationaux pour une semaine de travail intensif avec une équipe pédagogique composée de collègues aussi bien de l’EHESS que d’autres établissements du Campus, sur une base interdisciplinaire. Nous avons ainsi reçu des doctorantes et des doctorants en provenance de Chine, du Mexique, d’Allemagne, du Brésil, d’Israël, de Turquie, d’Italie, d’Autriche, de Roumanie et de Russie, qui ont tous présenté leurs travaux dans les séances d’atelier, lors desquelles nous avons accordé une place privilégiée aux échanges et à la discussion.

Il en a été de même pour les interventions des membres de l’équipe pédagogique, en mettant en œuvre une dynamique de travail à l’image de celle qui prévaut dans les séminaires de recherche de l’EHESS. Les retours des étudiantes et des étudiants ont été extrêmement favorables, voire enthousiastes en ce sens, dès lors qu’ils ont pu découvrir des manières de faire qui ne leur étaient pas familières et qu’ils ont grandement appréciées.

Le bilan est également très positif pour ce qui concerne l’organisation, dont la mise en place et l’efficacité ont été rendues possibles grâce au travail des équipes des différents services de l’EHESS.  

En quoi cette première école d'été au Campus Condorcet est-elle différente des précédentes éditions ?

R.M. : La singularité de cette école d’été, organisée à l’initiative des Relations internationales de l’EHESS, tient à deux aspects principaux, qui correspondent aux objectifs évoqués plus haut : il s’agit de la première à avoir eu lieu sur le Campus Condorcet, en y associant des collègues appartenant à d’autres établissements du Campus, dans le but de contribuer à nouer des relations de collaboration autour d’événements scientifiques concrets. D’autre part, l’école d’été s’adressait expressément à des étudiantes et des étudiants internationaux, puisqu’elle a été conçue comme une des actions visant à renforcer le caractère international de l’EHESS.

L'opération est-elle à renouveler pour les prochaines années ? 

R.M. : L’expérience, en définitive, s’est avérée fructueuse sur tous les plans, partant encourageante à l’heure d’envisager sa reconduction à l’avenir !